Avoir ou Etre ?

Version 2

J’aime l’absurde. Cette « news » de BFM datée du 25 janvier 2018 me comble.

Elle est tellement improbable.

Si vous n’avez pas suivi cette actualité de premier plan, je vous résume l’affaire. Ce concours de beauté se déroule en Arabie Saoudite et le gain pour  le propriétaire du victorieux chameau, désigné comme « le plus beau » s’élève à plusieurs millions de dollars… Nous y voilà.

Evidemment, se pose la question du futur bac de philo « Sommes-nous prêts à tout pour de l’argent ? ou bien « L’envie du gain individuelle est-elle supérieure à l’intelligence collective ? »  ou encore « C’est quoi être beau chez le chameau ? ou enfin « Est-ce que c’est pas la honte de botoxer son chameau pour espérer gagner du flouze ?! » Je vous laisse, chacun de vous, mener une profonde réflexion sur la question de votre choix…

Pour ma part, j’aimerais rebondir sur le dos du chameau et sur les valeurs de l’AVOIR et  l’ETRE.   Je vous partage la 4ème de couverture d’un ouvrage que j’ai relu avec intérêt la semaine dernière après l’avoir fait tomber accidentellement de ma bibliothèque (note pour moi, penser à faire un papier sur hasard et opportunité…) « Les valeurs Avoir ou Etre, NON-VIOLENCE ACTUALITE » :

« La satisfaction des besoins de tous ne sera possible que dans le renoncement aux logiques de guerre et dans l’élaboration de projets qui intègrent toutes les dimensions : individuelle, collective et environnementale. Certes, cette adaptation à soi-même, aux autres et au monde ne peut s’opérer qu’à travers de multiples changements, mais c’est la condition nécessaire à la construction d’un développement réellement « durable » qui réponde aux besoins d’humanité, de paix et d’intelligence collective. »

Une société basée sur la valeur marchande et la domination d’une minorité prépare davantage à l’obéissance qu’à l’expression des besoins et des émotions. Au contraire, une société qui place l’Homme au coeur de son projet favorisera l’empathie, la coopération et les méthodes de gestion non-violente des conflits. Cela suppose de nouveaux apprentissages : apprentissage de l’intelligence émotionnelle, de la communication non-violente*, de la coopération, de la négociation, de la médiation… »

Nous sommes nombreux à partager cet enjeu vital : donner la priorité à l’être sur l’avoir.

Revenons à nos chameaux… Ce dont je suis certaine ici, c’est que nous sommes, dans cet exemple précis, bien loin d’une démonstration d’intelligence collective et je suis clairement hors de ma zone de compétence pour juger de la beauté de ces deux présumés BG (beaux gosses.). Ceci dit, la seule question que nous devrions poser aux propriétaires des chameaux est la suivante « Etes-vous heureux d’être avec vos chameaux ? » ou en mode médiatrice, « de quoi auriez-vous besoin pour être encore plus heureux avec vos chameaux ? »

Et nous, de quoi aurions-nous besoin pour Etre…un peu plus ?

Miss utopie

 

*Communication NonViolente : basée sur le travail de Marshall Rosenberg et le Centre pour la Communication NonViolente, http://www.cnvc.org.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s