Tu lis ou tu tires ?

médiation scolaire missutopie.com

Ma consoeur médiatrice et amie utopiste Armelle Itkin m’a envoyée cette image qui répond, une fois encore, à mon goût pour l’improbabilité… Merci Armelle.

Le petit chaperon rouge de Charles Perrault, NOTRE petit chaperon rouge,  a été interdit dans deux écoles californiennes en raison de la présence d’une bouteille de vin dans le panier destiné à notre célèbre Mère-Grand.

Il a donc été décidé, par des membres adultes d’une communauté éducative, que le risque de boire une bouteille de vin était plus grand que celui de tuer avec un fusil d’assaut, en d’autres termes, il nous est suggéré, qu’il est plus grave d’être saoul que mort…

Personnellement, je préfère être ivre morte que morte !

Cette campagne choc du groupement www.momsdemandaction.org n’est pas récente mais elle est cruellement d’actualité avec les 17 lycéens tués en Floride par arme à feu le 15 février dernier par « leur ancien camarade ».

Certains considèrent que c’est le fait d’un malade mental. Je considère que c’est le fait d’une société malade.

Notre tueur, Nikolas, 19 ans, décrit comme solitaire, avait été expulsé de son lycée pour des mauvais comportements. En ce 15 février, il a basculé dans l’impardonnable.

Quel chemin mène jusqu’à l’impardonnable ?

En tant que médiatrice, j’interviens aussi en milieu scolaire. J’ai travaillé avec des enfants d’une école primaire classée REP, 212 élèves du CP au CM2.

Certains étaient décrits comme « irrécupérables. » C’est probablement ce que ce Nikolas a entendu pendant toute sa scolarité, avec des : « tu n’es bon à rien ! » ou  « qu’est-ce qu’on va faire de toi ? » Stigmatisation, humiliation, isolement, jusqu’à son expulsion. Expulsion qui lui renvoie implicitement « tu n’es pas assez bien pour notre école, pour notre société, alors nous te rejetons. »

La violence en milieu scolaire et sa réponse dans notre Education Nationale est un détonateur. Je vous partage un petit schéma fait maison à l’occasion d’une de mes conférences :

Cercle vicieux de la punition. missutopie.com
http://www.missutopie.com

La punition récurrente comme moyen éducatif associée à l’expulsion du système référent (l’école, la famille, l’entreprise) fabriquent nos bombes à retardement (djihadistes, délinquants, tueurs, suicidaires…)

D’autres réponses à ces comportements inadaptés existent et elles sont multiples.

La médiation, la mise en place de cercles restauratifs, la réparation en lien direct avec la faute commise, ces nouveaux modèles fonctionnent, j’en ai fait personnellement l’expérience avec mes « irrécupérables. »

La violence est un appel au secours. La violence est une réaction à un besoin vital non satisfait.

Les enfants, comme les adultes, doivent être entendus dans leur besoin de reconnaissance, d’appartenance et de réalisation pour ne pas se perdre définitivement.

Ecoutons nos enfants et entendons-les dans leurs besoins avant qu’ils ne basculent dans l’impardonnable.

Allez, à la tienne Charles (Perrault !)

Miss utopie

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s