Effluve et médiation

Bonjour, c’est la chronique de Miss Utopie !

« L’enfer, c’est les autres. » 

Cette phrase bien connue de Jean-Paul Sartre peut s’avérer très vraie dans la vie professionnelle.

Une étude TNS Sofres de 2013, réalisée auprès de 600 salariés, avait pour question : « pour vous, quel est le pire collègue de bureau ? »

C’est un de nos sens qui est à l’honneur dans la réponse. 

Notre odorat est responsable de tensions au travail pour 32% des Français.

La palme du pire collaborateur est décernée au collègue qui sent mauvais ou comment la communication chimique nuit à la productivité d’une entreprise.

Et pour vous, votre « nuisible » il est plutôt comment ?  

Bavard,  cafteur, pistonné, bruyant, manipulateur, pessimiste, frustré, silencieux, pédant, dragueur, impudique, féministe, lourd ?…

Parce que nous sommes chacun unique, cela fait de nous un étranger pour l’autre et inversement.

Le vivre ensemble impose donc une adaptation, des compromis, des compétences, un savoir-vivre, un savoir-dire, un savoir-entendre et un savoir-travailler.

Ces savoirs avant d’être sus s’apprennent.

Une étude d’OpinionWay sur la gestion des tensions et conflits vient d’être publiée, j’en retiens 3 chiffres clés.

3, 32, 10, pour les chiffres complémentaires, je vous laisse vous référer à l’étude.

  • 3h : c’est le temps moyen par semaine dédié à gérer des situations de conflits au travail.
  • 32%, c’est le nombre de salariés qui se sentent touchés dans leur bien-être mental et psychique à cause de conflits professionnels.
  • Et 10 milliards, c’est le coût mensuel des conflits en entreprise.

Pour éviter arrêts maladie, procédures prud’homales,  démissions, quand l’odeur du conflit embaume les couloirs, quand un parfum nauséabond flotte dans un service, quand un collaborateur ne se sent plus la force de continuer, peut-être pourrions-nous laisser place aux autres sens :

  • Au goût, celui des mots qui réparent et qui réunissent, 
  • A l’ouïe,  pour entendre la souffrance et les besoins, 
  • A la vue, pour repérer donc prévenir et agir, 
  • Au toucher, premier organe social,  créateur de confiance et de liens.

Alors je ne sais pas si l’écriture de cette chronique aura, sur moi, des vertus thérapeutiques ayant perdu le goût et l’odorat depuis bientôt 2 ans, quoi qu’il en soit, Jules Renard disait que

« La pire odeur qu’on respire, c’est de se sentir mauvais »

Alors  je nous souhaite de nous sentir meilleurs un peu plus chaque jour.

Je vous dis à bientôt

Miss Utopie

Une réflexion sur “Effluve et médiation

  1. Et mon père disait  » Si vous ne vous sentez pas bien faites vous sentir par un autre  » Et les BEATLES chantaient  » Un air qui colle toujours au cœur et au corps  » j’aime toujours autant tes chroniques , judicieuses et pleines d’à propos, et je préfère les  » entendre  » que les lire . J’adore la photo du chien Bises Bonne nuit Jean-françois

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s